Charles de Foucauld

Charles de Foucauld

Qui est Charles de Foucauld ?

Charles de Foucauld est un homme dont la spiritualité a marqué beaucoup d’hommes du XXième siècle. Issu d’une famille de militaires il a été encouragé à y faire carrière. Il mène une vie facile avec l’héritage familial pendant des années. Finalement congédié de l’armée il entreprend un voyage d’exploration au Maroc, un pays alors interdit d’accès aux occidentaux. Il y découvre l’islam, il en reviendra transformé.

Désormais ses nouveaux choix de vie le mène à la conversion puis à la porte d’un monastère. Désireux de suivre Jésus dans les années de sa vie cachée, il ira vivre à Nazareth avant de décider d’aller au Sahara avec l’ardent désir d’y rencontrer les populations locales, peut-être de les convertir.

A Tamanraset il mène une existence faite d’austérité et de prière mais surtout de service des Touaregs qui verront en lui un Frère universel.

Dans l’exposition…

L’exposition retrace les étapes d’une vie étonnante, pleine de rebondissements et de conversions.

Au final, à Tamanrasset, se dessine de mieux en mieux le projet d’une vie d’adoration, de service de la population Touareg et d’étude de la culture de ce peuple.

La spiritualité de Charles de Foucauld rejoint les attentes de notre siècle ; en témoigne la fondation de nombreux mouvements. Six interview filmés diffusés sur place témoignent de la vitalité et de l’actualité du message de Charles de Foucauld.

Charles de Foucauld (15 septembre 1858 – 1er décembre 1916) en 8 expressions-clés

 

foucauld1)    « Le gros Foucauld »
Au cours de sa jeunesse dans un milieu aisé, le vicomte Charles-Eugène de Foucauld perd, très jeune, ses parents et sa grand-mère. Il est élevé par son grand-père dont il héritera tous ses biens à l’âge de 20 ans.
Il devient officier dans la cavalerie, n’aime pas la vie de caserne et ne pense qu’à faire la fête…
ses excès de bonne chère le font surnommer « le gros Foucauld ». Deux affectations en Algérie puis en Tunisie lui plaisent bien… mais il est exclu de l’armée pour indiscipline et inconduite.

2) « L’explorateur passionné » 
carte2Il propose à l’armée de le réintégrer avec comme mission d’explorer le Maroc, alors très hostile aux européens. Pendant 15 mois, il oublie la fainéantise qui était sa marque de fabrique et prépare très soigneusement son voyage, apprend l’hébreu et, un peu, l’arabe afin de se faire passer pour un juif intéressé par le monde arabe. Il sera accompagné par le guide Mardochée. Pendant 11 mois, au risque de sa vie plusieurs fois, il parcourra 3000 kms, surtout dans les montagnes, ne cessant d’observer, de faire des relevés, d’étudier le terrain, de mieux connaître le pays. Puis, il reviendra en France, écrira un livre sur ses découvertes, entrera à La Société de géographie de Paris qui lui décernera une médaille d’or pour ses travaux… il devient célèbre.

3) « Le chercheur de Dieu »labbé
A 28 ans (1886), il fait une prière en passant étrange devant une église : « Dieu, si vous existez,faites que je vous connaisse ». Il demande des leçons de religion à l’abbé Huvelin (photo), donne tous ses biens à sa soeur, devient moine trappiste à Akbes, en Syrie puis fait un pèlerinage en Terre Sainte où, à Nazareth, il est accueilli comme domestique par des sœurs Clarisses… Il restera 3 ans, vivant dans l’humilité et la simplicité.

4) « Le marabout chrétien »
En 1901, on le retrouve à Beni Abbès, au Maroc, où il construit une chapelle et tente de lutter contre l’esclavage en rachetant des esclaves. Il espère créer une Fraternité (il en écrit même une règle) mais les Frères ne viennent pas dans cette région peu sûre et même interdite par les autorités.

 

5) « L’ami des Touaregs »
Attirés par les nomades du désert, Charles part chez les Touaregs en janvier 1904. Il restera au milieu d’eux, dans le massif du Hoggar, à Tamanrasset, au coeur du Sahara algérien, pendant 12 ans.dictionnaire

Il étudie leur langue et écrira 3 dictionnaires, une grammaire,un recueil de poésies et de proverbes pour les faire connaître.

 

6) « Le martyr involontaire »
Avec la guerre mondiale de 1914, la révolte gronde et l’anarchie gagne dans les colonies françaises. Charles de Foucauld refuse de gagner le fort de l’armée française pour se mettre à l’abri mais accepte qu’on lui construise un petit fortin-refuge pour entreposer vivres et munitions, en cas de besoin : le « borg ». C’est là qu’il sera violemment tué, à la suite d’une trahison et dans des conditions obscures, le 1er décembre 1916. Il a 58 ans.
borg 1   borg 2    Cdfvieux

7) « Le bienheureux contesté »
bienheureuxUne action en béatification est lancée dès 1927. Les débats sont nombreux autour de cette personnalité atypique dont le tempérament était enclin aux extrêmes, qui a parfois du mal à prendre de la distance avec les préjugés de son milieu, de sa nation, de son époque. L’officier libertin, le partisan de la guerre totale contre l’Allemagne, l’acceptation du processus colonisateur montrent que l’homme est loin d’être parfait… mais l’église a considéré que ces faiblesses n’interdisaient pas de voir en Charles de Foucauld un exemple ayant « eu une influence notable sur la spiritualité du XXème siècle et il reste, en ce début du troisième millénaire, une référence féconde » : elle l’a déclaré « bienheureux » le 13 novembre 2005.

 

8) « Le frère universel »fraternité CdF
Plusieurs fois, Charles de Foucauld
aurait voulu vivre
en Fraternité…
mais les circonstances
ont fait de lui un ermite.
Cependant, son exemple, fait d’humilité
et d’ouverture aux autres,
a inspiré de nombreux groupes religieux
créés après sa mort et rassemblés
au sein d’une association :
«la Famille spirituelle
Charles de Foucauld ».

Téléchargez Charles de Foucauld en 8 expressions-clés

Les commentaires sont fermés