François d’Assise

françois

Qui est François ?

Homme de paix et chantre de la nature. La figure de François séduit par l’authenticité d’une vie de pauvreté toute évangélique. Il considère tout homme, pauvre, malade, prisonnier, comme un frère.

Son attitude de respect et d’amour de la nature est très actuelle.

Dans l’exposition…

En entrant dans le XIIème siècle de François nous découvrons la situation de l’Europe en ce siècle. Des photos en relief des paysages de l’Ombrie plantent le décor. Ensuite c’est en plongeant dans un spectacle multimédia que nous parcourons les étapes de sa vie : la conversion du jeune bourgeois, l’épreuve de la guerre, le retrais du monde, le choix d’une vie avec une communauté de frères. Il encourage Claire d’Assise à suivre le même chemin. Il proclame son amour universel dans son « cantique de la nature ».

Pour finir quelques photos et un grand livre de la paix nous montrent comment son message est toujours d’actualité.

François d’Assise (1181 ou 1182 – 1226) en 10 mots-clés

un bâtisseur

En 1205, il a 23 ans. Alors qu’il est en prière devant le crucifix de la Chapelle Saint-Damien,selon la légende, Francesco entend une voix lui demandant de « réparer son Église en ruine ». Prenant l’ordre au pied de la lettre, il se rend à la ville voisine de Foligno ; il y vend des marchandises du commerce de son père, se procure des outils et du matériel et se met à restaurer la vieille chapelle délabrée. Il contribuera aussi, au long de sa vie, à restaurer l’Eglise universelle.

– un pauvre

Abandonnant sa vie de facilité et d’abondance qui était celle de sa jeunesse, il décide d’« épouser Dame Pauvreté ». Pauvreté et humilité sont les vertus cardinales de ces premiers « franciscains » qui se qualifient eux-mêmes de « frères mineurs » – c’est-à-dire « tout petits » –, afin de se mettre au niveau des plus démunis. Ce choix s’exprime dans leur habit, fait d’une tunique de bure non teinte avec une simple corde en guise de ceinture (d’où leur nom, en France, de « cordeliers »). Ces frères mineurs ne vivent que d’aumônes : avec les frères prêcheurs, fondés à la même époque par saint Dominique, ils représentent un nouveau modèle de vie religieuse, celui des frères mendiants.

– un obstiné

Il met en pratique l’Evangile de façon stricte et radicale, il rompt avec sa famille, prend la route, soigne les lépreux et annonce à qui veut l’entendre que « Dieu est Amour ». Furieux des excentricités de son fils, Pietro Bernardone exige qu’il lui rende des comptes et ne craint pas de l’assigner en justice pour le déshériter. Lors de son audition sur la place d’Assise, au printemps 1206, François rend alors l’argent qui lui reste, ainsi que ses vêtements et il se retrouve nu. L’évêque d’Assise, l’enveloppant de sa cape, couvre sa nudité, non par pudeur, mais pour signifier que l’Église le prend sous sa protection

– un évangélisateur

A partir de 1209, dans la chapelle de la Portioncule (La Porziuncola), François comprend tout le message de l’Évangile et, de converti, devient missionnaire. Il voyagera beaucoup et fera même un voyage en Égypte où il aura une rencontre étonnante, en septembre 1219 près de Damiette, avec le sultan Al-Kamel qu’il tente vainement de convertir.

 – un entraineur fraternel

François vit une relation fraternelle avec tous, respectueux de chacun, il n’exerce aucun pouvoir sur personne et ne fait pas de différence entre le riche et le pauvre,le fort et le faible. Il porte la paix à tous. Il devient un modèle que beaucoup vont suivre : ils découvrent par lui le bonheur de vivre en Dieu et le bienfait de la fraternité. En 1212, il sera rejoint par une jeune noble d’Assise, Claire, qui deviendra la fondatrice de l’ordre des soeurs clarisses.

 – un interface

Son sens de la personne humaine, son respect de l’autre et sa foi dans le dialogue peut inspirer l’action des non violents. Saint François d’Assise est considéré comme le précurseur du dialogue interreligieux. C’est la raison pour laquelle sa ville natale a été choisie par Jean-Paul II comme siège de la journée mondiale de prière en 1986. Cette journée a été suivie d’autres journées de prière connues sous le nom de Rencontres d’Assise.

– un écolo

Il inspire les amoureux de la nature comme les écologistes mais il donne à penser plus loin par son regard pénétrant sur la création. Il chante la nature non seulement par sensibilité, mais dans la conviction que toute vie trouve son origine en Dieu. Nombreuses sont les anecdotes racontant qu’il parlait avec les oiseaux, qu’il fit un pacte de non-agression avec un loup, qu’il prêtait attention aux fourmis, abeilles, araignées, cigales, lapins, chevaux, ânes, chevreuils, renards…

– un poète

Il compose le Cantique de frère soleil (ou Cantique des Créatures), premier texte en italien moderne, célébration de Dieu en sa Création, l’un des premiers grands poèmes italiens. Il a consacré beaucoup de temps à écrire sur la fin de sa vie. Il dictera le Testament sur le sens de son expérience religieuse.

– un promoteur (de crèches)

En 1223, François, qui se trouve au couvent de Greccio, près d’Assise, au moment de Noël, aurait eu l’idée de la première crèche.

– un saint « stigmatisé »

A la fin de sa vie, il se retire dans des ermitages où son existence se fait de plus en plus ascétique et, en 1226, il reçoit les stigmates de la Passion, c’est-à-dire qu’il présente dans sa chair (mains, pieds, côté) les plaies du Christ sur la croix.

Téléchargez les 10 mots-clés de Saint François d »Assise en pdf

Les commentaires sont fermés